Archive pour mars 2011

nouveau trailer Thor

Mardi 8 mars 2011

Image de prévisualisation YouTube

JLA/Avengers : le choc des titans

Mardi 8 mars 2011

Depuis toujours, les fans de comics se sont demandés qui était le plus fort entre Thor et Superman, le plus rapide entre Flash et Quicksilver etc…Bref il y a toujours eu un public pour les crossovers inter-compagnies. S’il est vrai qu’un certain nombre d’entre eux étaient réussis (Superman/Spider-Man, Batman/Hulk, Spider-Man/Batman etc…), d’autres pouvaient apparaitre comme étant un peu plus poussifs (Wolverine/Badrock, Punisher/Archie etc…). Par contre, s’il y a bien deux équipes qui étaient destinées à se rencontrer, c’était bien la Justice League et les Vengeurs. C’est d’ailleurs cette volonté qui poussera les auteurs des Vengeurs à créer, dans les années 70, l’Escadron Suprême, véritable pastiche de la Justice League.

jlaavengers80iesnewgross.jpg
Dans les années 80, DC et Marvel sont à deux doigts de concrétiser un crossover officiel Justice League/Avengers (déjà dessiné par Georges Perez) mais des désaccords éditoriaux empêchent la réalisation du projet (pour l’anecdote, il parait que le « Kirby des temps modernes » himself aurait acheté les planches originales de ce projet avorté à prix d’or). Il faudra attendre un vingtaine d’année avant que le projet se concrétise sous la pression des fans.

jlaavengers1024x768.jpg
Krona, un ennemi cosmique de Green Lantern, détruit les mondes à la recherche d’une certaine vérité. Il parvient jusqu’à l’univers Marvel et tombe sur le Grandmaster qui décide de parier sur le sort de son univers en organisant un pari impliquant les champions de l’univers DC et Marvel. La Justice League et les Vengeurs vont donc s’affronter dans une quête des objets mystiques dans leurs univers respectifs afin que ceux-ci puissent survivre.

jlaavengerswallpapersjzb4.jpeg
Au scénario, Kurt Busiek fait fort. En effet, il arrive à caser tous les personnages liés à l’un des deux groupes sans pour autant se perdre dans son intrigue. Ce qui pouvait faire peur dans un tel projet, c’était une absence totale de caractérisation des personnages. Mais Busiek contourne la difficulté et parvient à offrir à un moment de gloire à chacun d’eux. L’intrigue est dans la veine des intrigues cosmiques classiques de DC et Marvel, Busiek n’innovant pas à ce niveau-là. Cependant, on est émerveillé par sa connaissance parfaite des deux univers et la maitrise parfaite de son intrigue malgré le nombre très important de personnages. Au dessin, seul Georges Perez (connu pour être le sosie officiel de Carlos avec sa barbe et ses chemises à fleur) pouvait rendre justice à ces personnages. En effet, Perez est non seulement familier des deux équipes qu’il a dessiné, mais il est aussi l’un des rares dessinateurs capables de dessiner un grand nombre de personnages par cases tout en gardant une action lisible. Bref, les batailles prennent une proportion épique comme on en a rarement vu. Avec aussi un très grand nombre de références aux deux univers à destination des fans, il n’en faudra pas plus pour rendre ce JLA/Avengers absolument culte.

avengersjla4.jpg
Au final, rares sont les crossovers à se montrer aussi ambitieux que celui-ci. C’est une réussite de bout en bout et une série à posséder absolument pour peu qu’on soit fan de l’une ou l’autre des équipes. Par contre, les néophytes risquent de ne pas comprendre toutes les références et de s’y perdre un peu. A noter que ce crossover a été publié aux USA par DC et Marvel en 4 vol et en en France chez Semic en 4 fascicules.

Liefield is back

Mardi 8 mars 2011

Tout est dans le titre. Rob Liefield revient en collaboration avec Robert Kirkman sur une nouvelle série : The Infinite. Le scénar’, on s’en moque. Ce qui est important c’est que dans l’article dans lequel j’ai lu cette news, Kirkman a dit il y a quelques temps au sujet de Liefield qu’il était « l’équivalent contemporain de Kirby ». L’article ne précise pas si les problèmes de vue de Kirkman se sont arrangés par la suite.

infinite.jpg

Shockrockets par Busiek et Immonen

Lundi 7 mars 2011

13074.jpg

Shockrockets est une mini-série publiée initialement chez Gorilla Comics, un label de chez Image Comics qui ne rencontrera pas le succès escompté. La version collectée sera ensuite publiée chez Dark Horse Comics. En France, la série sera d’abord publiée en fascicule chez Semic (éditeur qui a bu le bouillon) avant d’être rassemblée par Delcourt en un album. On retrouve au scénario Kurt Busiek, plus connu comme étant le scénariste des Vengeurs, et Stuart Immonen, un ancien dessinateur de Superman.

9782756000954.jpg

Shockrockets nous amène dans un univers de science-fiction. La Terre connait un période particulièrement troublée. Après la guerre contre les Fermeki, des extraterrestres pas sympas  qui voulaient conquérir la Terre Triste, un nouvel affrontement fait râge, cette fois-ci contre le général Korda, un vétéran de la guerre contre les Fermeki. Mais les forces armées de la Terre peuvent compter sur les Shockrockets, des pilotes d’exception aux commandes de vaisseaux équipés de technologie de pointe ( les meilleurs des meilleurs des meilleurs, chef !!!). Lors d’un affrontement, un vaisseau des Shockrockets est touché. Le jeune Alejandro Cruz, témoin de la scène, prend les commandes du vaisseau et sauve la mise aux Shockrockets. Il se retrouve de facto incorporé dans ce groupe de pilotes d’élite alors qu’il n’est qu’un novice, ce qui ne manquera pas de créer des dissensions au sein du groupe. Pendant ce temps, la menace de Korda continue de se faire sentir.

shockrockets1.jpg

Shockrockets est un comic-book mené par deux auteurs confirmés qui a été un gros échec commercial. Pourtant, la qualité est au rendez-vous. Kurt Busiek donne une psychologie détaillée de chacun de ses personnages sans jamais négliger l’action. C’est un vrai mélange entre Top Gun et les Thunderbirds. Les dessins d’Immonen sont très beaux, les visages font très réalistes et les machines et les combats sont superbes. Un bémol quand même sur le deuxième épisode où il s’essaye à de la modélisation 3D des vaisseaux (technique qu’il abandonne bien vite dans les autres épisodes). Au final, on est loin de ce qui se faisait chez Image à l’époque ce qui peut expliquer cet échec commercial (à l’époque, Image était très concentré sur la poitrine de ses héroïnes au détriment du contenu des livres). Quant aux lecteurs habituels de Busiek et Immonen, c’est certainement le contexte non-superhéroique de cette histoire qui a dû les dérouter.

97827560009541.jpg

Bref, c’est un livre à découvrir en VO ou en VF selon votre convenance. En tout cas, il a mon approbation totale emoticone.

shockrockets.jpg

Mes figurines Cyclope

Dimanche 6 mars 2011

J’ai reçu deux nouvelles figurines Cyclope (X-Men) achetées en loose (sans boite) sur Ebay. J’ai donc profité de l’occasion pour faire une petite séance photo dehors avec celles que je possédais déjà. De gauche à droite, vous avez Cyclope du film X-Men, Cyclope figurine en plomb version John Cassaday, Cyclope version John Cassaday en figurine articulée (une de mes nouvelles figurines), Cyclope version dessin-animé Wolverine et les X-Men et Cyclope en civil du film X-Men (l’autre figurine que j’ai reçue récemment).

Photos prises en 2D et en 3D pour ceux qui ont des lunettes 3D à filtres rouge et bleu.

dscf0757.jpg

1.jpg

dscf0759.jpg

2.jpg

dscf0761.jpg

3.jpg

 

The Demon en 3D sur comics-place

Dimanche 6 mars 2011

Manipulation 2D→3D réalisée par mes soins d’une couverture de The Demon du grand maître du comic-book, le King lui-même, Jack Kirby. Couverture originale et conversion en 3D sur le blog de comics-place en cliquant ici.

1963 : Moore retourne vers le passé

Vendredi 4 mars 2011

1963 est une série de comics crée en 1993 par Alan Moore (génialissime scénariste de Watchmen entre autres …) avec des dessins de collaborateurs fréquents tels que Rick Veitch, John Totleben ou Steve Bissette. 1963 est une série nostalgique s’inspirant de la période de l’âge d’argent des comics et notamment des héros Marvel.

19631.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien qu’étant une mini-série, chaque livre est conçu comme un one-shot mettant en scène des protagonistes différents dans chacun d’eux. Le premier livre s’intéresse aux Mystery Incorporated, des aventuriers qui font vraiment penser aux Quatre Fantastiques. Le deuxième a pour héros Fury, une sorte de mélange entre Spider-man et Daredevil. Ces deux livres sont les seuls que je possède, mais les autres mettent apparemment en scène des pastiches de Captain America, Thor, Hulk, Doctor Strange et des Vengeurs. A l’heure actuelle, la série est inachevée puisqu’un annual qui n’a jamais vu le jour devait organiser la rencontre entre les héros de 1963 et les héros Image de 1993.

19632.jpg

Intéressons-nous aux deux premiers livres. Dans Mystery Incorporated, nos héros sont dans leur QG lorsqu’un mystérieux individu s’introduit chez eux. Que veut-il et d’où vient-il ? Voilà ce que devront découvrir nos héros. Dans No One Escapes … The Fury, Fury aide le commandant Solo (équivalent féminin de Nick Fury) à escorter un mystérieux Cargo X jusqu’au QG du LASER. Bien évidemment, les choses tourneront au vinaigre.

medium201.jpg

1963 marque une rupture dans l’oeuvre de Moore. Scénariste à succès de Watchmen en 1985, Moore est le précurseur involontaire d’un âge où les comics se voudront plus réalistes et violents. Réalisant que ses confrères vont trop loin, Moore décide de faire machine arrière avec 1963 et rend hommage aux pionniers du genre que sont Stan Lee, Jack Kirby, Steve Ditko etc …Le scénario est donc dans la veine des scénarios de Stan Lee, Moore y ajoutant un peu de second degré renvoyant à l’esprit des comics de l’époque. Rick Veitch (Mystery Incorporated) et Steve Bissette (The Fury) parviennent à capturer le graphisme de l’époque à la perfection, tous les deux étant encrés efficacement par Dave Gibbons (Watchmen, encore !!!) qui apporte une cohérence graphique entre les deux comics. Les auteurs poussent le vice jusqu’à imprimer leurs histoires sur un papier non-glacé comme ça se faisait à l’époque et à créer des pubs qui sont toutes des parodies des pubs qu’on pouvait trouver dans les comics en 1963. Bref, on s’y croirait.

19633.jpg

Si 1963 a été un projet avorté à cause de la non-publication de l’annual qui devait réunir ces héros avec les stars de chez Image et conclure la saga, Moore restera sur son idée de la nécessité d’un retour aux sources pour les héros de comics. Cela nous donnera donc Supreme (pastiche de Superman), mais ça c’est une autre histoire.

Darkwing Duck annual 1

Jeudi 3 mars 2011

Une petite cover parodiant un classique de Moore et Bolland. Ai-je besoin de donner plus d’indices ?

001a36a6.jpeg

Captain America a trouvé son ennemi

Jeudi 3 mars 2011

Voici la première image de Red Skull dans l’adaptation cinématographique de Captain America. Fidèle aux comics et flippant.

1299178632.jpg

 

Pride of Baghdad

Jeudi 3 mars 2011

prideofbaghdad.jpg

Voici un article dont le ton risque d’être différent de mes autres articles. Habituellement, j’adopte toujours un ton peu sérieux mais l’histoire de ce livre ne s’y prête pas. Pride of Baghdad est un graphic novel (roman graphique cad une BD avec une histoire et un graphisme plus poussés que les mensuels et, en général, une couverture cartonnée) de Brian K. Vaughan et Niko Henrichon publié chez Vertigo (ancienne branche adulte de DC) aux USA et chez Panini en France.

Le scénario de Vaughan s’inspire d’une histoire vraie. « En avril 2003, quatre lions se sont échappés du zoo de Bagdad lors des bombardements sur l’Irak. Les animaux affamés ont finalement été abattus par des soldats américains. »Le livre raconte l’histoire de quatre lions qui s’échappent du zoo de Bagdad. Les lions vont découvrir la liberté dans un pays en guerre. On suit l’histoire des ces lions, dotés de la parole comme dans un dessin animé de Disney. On découvre leur réaction face à leur toute nouvelle liberté. On les voit essayer de vivre dans la jungle lorsque des tanks viennent troubler leur tranquillité. On les voit errer dans une ville de Bagdad dévastée par la guerre. On les les voit lutter contre un ours dans un ancien palais de Saddam pour gagner leur liberté. On les voit enfin mourir.

bagdad.jpg

Vaughan excelle dans cette histoire qui est un véritable hymne à la liberté et un pamphlet contre la guerre. On vit véritablement aux cotés de ces lions, de leur libération à leur fin tragique. On est éblouit devant les illustrations magnifiques et criantes de vérité de Henrichon, représentant une Bagdad dévastée des plus réalistes. Ce blog n’ayant aucune volonté de parler politique, vous ne connaitrez pas mon opinion sur ce conflit. En revanche, je peux dire ce que je pense de ce livre. Ce livre est complétement bouleversant et fait partie de ces livres dont on se souvient à vie. C’est l’un de mes coups de coeur depuis que j’ai commencé à collectionner des comics.

pridepg4243.jpg

Attention : Pride  of Baghdad, ce n’est pas le Roi Lion. Tenez vos enfants éloignés de ce livre !

1234

Foyers des jeunes |
le blog vidéo de Jeff |
Ayasha la doguette sourde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAITES PART FETE
| Les jardins de la Régie
| laelpesi