Batman : le retour du Chevalier Noir

batmantdkr0000introduction1.jpg

A n’en pas douter, Batman Dark Knight Returns, publié en 1986, laissera une empreinte indélébile à la fois sur le personnage de Batman mais aussi sur le monde des comics. Nous sommes en 1986 et DC a fait sa mue après Crisis on Infinite Earths. Un certain nombre de bonnes séries sont en chantier comme Man of Steel de Byrne et Wonder Woman de Perez. Mais deux séries vont sortir du lot : Dark Knight Returns de Miller et Watchmen de Moore et Gibbons. Ces deux dernières vont amener une dimension plus réaliste aux superhéros et attirer un public plus adulte, mais aussi ouvrir la voie à un certain nombre de nouvelles séries destinées aux adultes.

batmantdkr1022thedarkknightreturns.jpg

DKR est écrit et dessiné par Frank Miller (qui s’est fait un nom avec la série Marvel Daredevil), encrée par Klaus Janson et colorisée par Lynn Varley. Publiée en 4 vol par DC Comics, cette série fera l’objet de multiples rééditions aussi bien en VO qu’en VF et connaitra une suite Dark Knight Strikes Again inférieure à l’original.

batmandarkknightreturns01053.jpg

L’histoire est située dans une sorte de futur proche (nous sommes en 1986). Bruce Wayne a un cinquantaine d’années et a renoncé à l’identité de Batman après la mort de Jason Todd/Robin. La ville est en proie à des violences commises notamment par le gang des mutants, des voyous punks sans aucune morale. Bruce est rongé par ses démons intérieurs qui l’exortent à reprendre le costume mais Bruce choisit de les noyer sous l’alcool et de se tuer à petit feu. Un soir, Bruce cédera à ses démons et redeviendra Batman. S’ensuivra un certain nombre de réactions en chaine comme le retour d’anciens ennemis (Two-Face, Joker), l’arrivée d’une nouvelle alliée (Carrie Kelly/Robin), un statut d’ennemi public et un combat mémorable contre Superman.

batmantdkr3142huntthedarkknight.jpg

Au scénario et au dessin, Frank Miller assure sur ces deux plans. Au niveau du scénario, Miller nous offre un Batman plus sombre et violent que ce que l’on pouvait voir à l’époque. Ce Batman est définitivement en adéquation avec son époque (gangs, criminels récidivistes) et sera souvent à limite de se débarrasser de ses adversaires. Miller nous livre aussi une critique virulente de son époque, notamment des médias. On aperçoit aussi un président qui est le sosie de Reagan demandant à Superman de régler le problème de l’électron libre qu’est Batman. Bien évidemment, années 80 obliges, le final se fera sur fond de menace nucléaire avec en toile de fonds la guerre froide qui perdure. Au niveau dessin, les planches sont dynamiques et détaillées. De pures oeuvres d’art !

Au final, un comic vraiment culte qui inaugure cette section appelée « culte »( oui je sais que je fais dans l’original.).

Laisser un commentaire

Foyers des jeunes |
le blog vidéo de Jeff |
Ayasha la doguette sourde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAITES PART FETE
| Les jardins de la Régie
| laelpesi