• Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

Archive pour juillet 2012

Deadpool en 3D

Vendredi 27 juillet 2012

Chose promise, chose due, voici le dessin de couverture du numéro 25 US de Deadpool en 3D. Petit rappel des faits, pour le n°25 de cette série et pour faire un petit gag autour du découpage des lunettes 3D, Marvel a sorti le n°25 de Deadpool avec une couverture 3D. Sauf que le résultat était carrément laid (lunettes 3D rouge et cyan).

Deadpool en 3D dans 3D deadpool25_cov

Dans le coup, je me suis lancé dans ma propre conversion à partir d’un dessin trouvé sur Internet.

Voici l’image originale :

Deadpool_25_Cover__by_Dexstar71 dans 3D

Et ma conversion 3D ( à voir avec des lunettes 3D rouge et cyan ) :

deadpool_3d_anaglyph_by_xmancyclops-d58y5n6

Vous pouvez télécharger ma 3D sur Deviantart.

Trailer Man of Steel et TMNT

Lundi 23 juillet 2012

C’est parti pour quelques petites vidéos. Tout d’abord, on attaque avec Man Of Steel alias le prochain Superman de Zach Snyder (300, Watchmen).

Image de prévisualisation YouTube

Et le deuxième trailer des Teenage Mutant Ninja Turtles ou les Tortues Ninja dans la langue de Molière.

Image de prévisualisation YouTube

Un petit mot sur les futures MAJ du blog. Je suis en train de travailler sur la 3D de la couv du n°25 de la série US de Deadpool. En effet, Marvel avait fait une 3D ratée et bâclée sur cette couv. J’avais pas mal critiqué en voyant cette couverture mais j’estime que ça ne sert à rien de critiquer si on n’a rien à montrer en retour. Me voilà donc en train de travailler sur un dessin de la couv trouvée sur Internet et pour l’instant le résultat est plus convaincant que ce qui a été vendu dans le commerce. J’espère poster la conversion dans la semaine.

 

Spider-Man Season One

Vendredi 20 juillet 2012

Spider-Man Season One prv12318_pg5

Voici une bonne initiative de la part de Marvel que la collection de graphic novels appelée Season One. Le principe est simple : cette collection raconte les origines de quelques-unes des plus grandes icônes de la firme par des auteurs contemporains. Leurs débuts sont donc plus dans l’air du temps sans pour autant qu’on ait affaire à une réinvention complète des origines (un peu comme dans les séries Ultimate du début des années 2000). En France, actu ciné oblige, Panini, détenteur des droits de Marvel depuis de longues années, décide d’inaugurer cette collection avec Spider-Man. On retrouve deux jeunes talents sur cet album : Cullen Bumm au scénario et Neil Edwards au dessin.

121120_s2

Oserais-je me lancer dans un petit résumé du pitch de l’album tant Spider-Man est un personnage connu du grand public ? Peter Parker est un adolescent intelligent, introverti et quelconque dont la vie change le jour où il est piqué par une araignée radioactive. Peter se retrouve doté de pouvoirs mais quel usage va-t-il en faire ?

Edwards-Kesel-Spidey

Je sais ce que vous pouvez penser à la lecture de cet article : Les origines de Spider-Man, on connait. Effectivement, entre les différents rappels dans les pages de la série régulière, le Chapter One de John Byrne, Ultimate Spider-Man première version, le premier film de Sam Raimi, le nouveau de Marc Webb (que j’ai pas encore vu) et j’en passe, on est sur un terrain sur lequel on ne peut plus être surpris. Pourtant, cet album est une bonne réussite. Les néophytes peuvent découvrir les origines « classiques » du personnage racontées de façon moderne et ainsi mettre un pied tout en douceur dans l’univers Marvel. Les connaisseurs apprécieront une histoire bien construite fourmillant de détails (et de clins d’oeil) n’apparaissant pas dans Amazing Fantasy 15 ainsi que les dessins très agréables de Neil Edwards qui ne manqueront pas de nous faire un peu penser au style de Bryan Hitch. Au final, c’est une belle version des origines du tisseur dont le principe rappellera, à ceux qui l’ont lu,  Avengers Les Origines de Joe Casey et Phil Noto. Cet album, qui renoue avec la fraîcheur de l’univers Marvel des origines, est le livre idéal pour passer un bon moment sous le parasol (ou sous le parapluie vu que c’est plus de saison pour le moment).

Tutoriel conversion 3D sous GIMP

Mercredi 18 juillet 2012

Jusqu’à présent, je n’avais utilisé que Pure Anaglyphe pour faire des conversions 3D. Mais ce logiciel était assez limité et pendant ce temps-là, on pouvait voir un peu partout sur Internet des conversions faites avec GIMP ou Photoshop qui étaient de toute beauté. Malheureusement, il y a beaucoup de tutos pour Photoshop qui est payant et peu pour GIMP qui est gratuit. J’espère que ce tuto va permettre d’apporter une pierre à l’édifice. Tout d’abord, le lien pour télécharger GIMP.

Première étape : Dessiner la map de profondeur

Pour ce tutoriel, j’utilise pas mal de captures d’écran que j’ai annotées. La carte de profondeur est un dessin fait de nuances de couleurs allant du noir au blanc en passant par les différents gris qui permet de donner les indications de profondeurs au dessin. Le blanc est ce qui est près de nous et le noir ce qui est éloigné.

Tout d’abord, voici l’image à convertir :

Tutoriel conversion 3D sous GIMP dans 3D droite-197x300

On lance GIMP et on commence.

01-300x187 dans tutoriels

02-300x187

03-300x187

04-300x187

05-300x187

 

06-300x187

Pour dessiner la map, on utilise les différents outils de sélection pour sélectionner les différentes zones du dessin avec les outils de remplissage ou de dégradé pour les objets qui partent en oblique dans le dessin (comme l’immeuble ou éventuellement un sol dans certains dessins). Entre le noir et le blanc, il y a plus de 90 niveaux de gris. Voici les maps en différentes étapes suivies d’une map annotée.

map1-197x300

map2-197x300

map3-197x300

map-annotée-197x300

L’étape de la map de profondeur est la plus importante car elle déterminera la 3D à venir. Les indications de profondeur dépendent de l’interprétation qu’on fait du dessin d’origine. Tout n’est pas annoté sur la map mais j’espère que ce sera plus parlant pour vous. N’oublier pas sauvegarder votre map en remettant l’opacité à 100 % et en faisant Enregistrer sous.

07-300x187

08-300x187

09-300x187

Le résultat sera la vue de l’oeil droit. On peut sauvegarder le résultat sous le nom Droite (le dessin de départ sera la vue de l’oeil gauche). Ne faites pas attention à mes noms de fichier dans mes captures, je me suis trompé.

Voici le résultat obtenu :

gauche-197x300

Pas vraiment ce qu’on peut appeler un résultat nickel. Mais pas d’inquiétude, on est sur un logiciel de retouche d’image, avec l’outil gomme, l’outil de clonage et l’outil pinceau, on peut nettoyer un peu cette image.

Voici le résultat après « nettoyage » qu’on sauvegarde également sous le nom Droite 2 (et pas Gauche 2 comme dans mon exemple) :

gauche2-197x300

Deuxième étape : La conversion en anaglyphe.

Là, je vais me passer de commentaire car mes captures d’écran sont explicites.

10-300x187

11-300x187

12-300x187

13-300x187

14-300x187

15-300x187

16-300x187

17-300x187

18-300x187

19-300x187

20-300x187

21-300x187

Vous pouvez maintenant admirer le résultat avec vos lunettes 3D anaglyphe rouge et cyan (ce doit être à un euro l’unité sur Ebay) :

3d1-197x300

Bien évidemment, je suis à votre disposition pour toute question. N’hésitez pas à les poser dans la section commentaires.

 

Hawkeye en 3D

Lundi 16 juillet 2012

Conversion 3D d’un dessin de David Aja, l’excellent dessinateur de la série Iron Fist. J’essaierai de faire un petit tuto dans la semaine pour essayer d’expliquer le plus possible comment procéder à une telle conversion sous GIMP mais je vous préviens tout de suite c’est assez « hard ».

Voici l’image d’origine :

Hawkeye en 3D dans 3D 314058_265397650231598_637707416_n

Et ma conversion 3D (à voir avec des lunettes à anaglyphes rouge et cyan) :

hawkeye_by_david_aja_in_3d_anaglyph_by_xmancyclops-d57kqtl dans 3D

Vous pouvez télécharger ma 3D sur Deviantart.

 

Dessins de production des prochains films Marvel

Lundi 16 juillet 2012

Ce n’est plus un secret maintenant, avec Thanos en personnage de fin dans le film Avengers, Marvel cherche à adapter ses sagas cosmiques pour le grand écran. L’annonce d’un film pour les Gardiens de la Galaxie n’est donc pas une surprise. Voici donc les dessins de production de Ryan Meinerding (qui a fait l’objet d’une exposition lors du festival d’Angouleme) pour les Gardiens de la Galaxie et pour Iron Man qui puisera son inspiration dans la saga Extremis de Warren Ellis et Adi Granov.

Dessins de production des prochains films Marvel dans cinema 426964_265036266934403_1584774752_n

311575_265036330267730_2086570791_n dans cinema

 

Un petit point sur les sorties Warner Animation

Jeudi 12 juillet 2012

Warner Animation a fait très fort en ce début du mois de juillet puisque trois films d’animation sont sortis en DVD (ou en blu-ray pour ceux qui sont équipés) dans le but de coïncider avec le Comic-Con de Paris (et aussi profiter de l’effet de la relance DC initié par Urban). C’est ainsi que Batman Year One, Justice League : Doom (ou La Ligue des Justiciers : Echec en vf) et Superman contre l’Elite viennent s’ajouter à nos DVDthèques.

Image de prévisualisation YouTube

Batman Year One est clairement le plus de ces trois DVD car il adapte le comic-book culte de Frank Miller et David Mazzucchelli. L’histoire met en parallèle les aventures de Bruce Wayne, de retour à Gotham après des années d’absence, avec l’arrivée de Jim Gordon dans les forces de police de Gotham. Au-delà des débuts de Batman, on assiste aussi aux prémices de la collaboration de ces hommes pour défendre la justice. Ce film d’animation suit l’histoire de Miller et Mazzucchelli de façon très fidèle, on y retrouve les narrations à la première personne, la violence et la noirceur du récit de Miller ainsi qu’une patte graphique proche du style de Mazzucchelli. Ce film plaira aux fans du comic et ce n’est pas un hasard si Urban le propose en combo avec la BD.

Image de prévisualisation YouTube

Justice League Doom est une très bonne surprise. Bien que partiellement inspiré par l’excellent JLA Tower of Babel de Mark Waid, Justice League Doom propose une intrigue complètement inédite écrite par le regretté Dwayne McDuffie. Les membres de la Justice League vont avoir fort à faire puiqu’un nouveau groupe de vilains, la Legion of Doom, a trouvé les moyens de les battre en piratant les ordinateurs de la Batcave. McDuffie parvient à construire une intrigue qui mélange des combats épiques avec des moments un peu plus intimistes pour nos héros. Le tout est magnifiquement servi par un character design de Phil Bourassa qu’on peut aussi voir à l’oeuvre sur Young Justice (je ne serais d’ailleurs pas étonné si ce film se déroulait dans le même univers que Young Justice). J’ai quand même un souci avec la voix vf de Flash. Si elle collait plutôt bien au personnage de Wally West dans le Justice League de Bruce Timm, en revanche elle ne colle plus avec le personnage de Barry Allen supposé être plus posé. Il serait bien que Warner puisse voir au-delà des costumes et pouvoirs pour s’intéresser au personnage sous le costume car Wally et Barry n’ont rien à voir si ce n’est qu’ils ont partagé le costume de Flash, tout comme Hal Jordan, John Stewart et Guy Gardner n’ont rien à voir mis à part le costume de Green Lantern (et pourtant leurs voix sont bien différenciées).

Image de prévisualisation YouTube

Superman contre l’Elite m’a par contre un peu déçu. L’histoire s’inspire des épisodes du comic-book à l’époque où Joe Kelly était au scénario. C’est d’ailleurs à Kelly que revient la tâche d’adapter son histoire pour ce film. Superman va se retrouver confronter à l’Elite, un groupe de super-héros qui n’hésite pas à utiliser la loi du plus fort pour combattre les tyrans à travers le mode et pour ringardiser Superman. Le scénario de Kelly est efficace. S’inspirant de The Authority de Warren Ellis, Kelly oppose les méthodes de Superman à celles plus pro-actives de l’Elite en s’interrogeant sur la pertinence de celles-ci. En revanche, le character design est catastrophique et il suffit de voir à quoi ressemble Superman pour s’en convaincre. Superman est mastoc, son menton énorme et, alors qu’on se dit qu’au bout d’une heure quinze de film on aura eu le temps de s’y faire, rien n’y fait. C’est la première fois que je vois un chara design si raté chez Warner. Par contre, impossible de savoir si le film est fidèle aux comics car je ne les ai pas lues.

 

Y le dernier homme le film …

Jeudi 12 juillet 2012

Y le dernier homme le film ... dans cinema Y-The-Last-Man-Issue-Covers-y-the-last-man-8057173-420-650

… ou plutôt le fan-film. Pour ceux qui ne connaissent pas, Y the last man est une série publiée par Vertigo écrite par l’excellent Brian K. Vaughan (Docteur Strange : le serment, Pride of Baghdad) et dessinée par Pia Guerra. On y suit les aventures de Yorrick Brown, un jeune homme d’une vingtaine d’année qui va survivre à une épidémie qui a tuée tous les mâles de la planète. Protégé par l’agent 355, Yorrick arpente un monde devenu hostile dans lequel les fêmmes ont redistribué les cartes. Alors que sa survie est devenu essentielle à l’avenir de notre monde, Yorrick va devoir échapper aux amazones ainsi qu’à divers groupes para-militaires qui voient en Yorrick soit une menace, soit une ressource râre.

Attention : Le film est en VO et destiné à un public adulte.

Image de prévisualisation YouTube

 

Batman Year One en 3D

Lundi 9 juillet 2012

En toute franchise, je travaillais sur un dessin de George Perez sur lequel on voyait Superman, Captain America, Wonder Woman et Thor mais je me suis frotté à une difficulté à cause d’une fumée que je n’arrivais pas à traiter. Dans le coup, j’ai abandonné ce dessin et je vais attendre d’être un peu meilleur sous GIMP avant de le présenter. J’ai alors récupéré un dessin de David Mazzucchelli pour Batman Year One, ce qui tombait bien car j’ai découvert le film d’animation lors de sa sortie DVD il y a quelques jours.

Voici l’image originale :

Batman Year One en 3D dans 3D 1833700-yearone-674x1024

Et ma conversion 3D (à voir avec des lunettes 3D rouge et cyan) :

3d-674x1024 dans 3D

Vous pouvez télécharger ma 3D sous Deviantart.

 

Spider-Man : La Dernière Chasse de Kraven

Jeudi 5 juillet 2012

Spider-Man : La Dernière Chasse de Kraven dans culte WebOfSpider-Man032

On ne présente plus Spider-Man. Peter Parker est mordu par une araignée radioactive et vit une double-vie sous le nom de Spider-Man. Très souvent, les aventures de Spider-Man alternent entre les déboires de la vie quotidienne de Peter (tante malade, soucis d’argent et vie sentimentale en dents de scie) et ses combats contre les super-vilains qui menacent la sécurité des New Yorkais. Peter se sort toujours de ces situations difficiles en dominant ses adversaires intellectuellement (Peter est un prodige de la science) sans jamais oublier de faire preuve d’humour. Parmi les plus grands vilains que Parker ait pu affronter, on pense le plus souvent au Bouffon Vert, au Docteur Octopus ou à Venom. Les autres vilains apparaissent un peu moins sérieux. Kraven le Chasseur faisait partie de la deuxième catégorie. En effet, Kraven est une sorte de Tarzan russe habillé en peau de bête donc il parait difficile d’en faire une némésis crédible et pourtant, en 1988, le scénariste JM De Matteis et le dessinateur Mike Zeck va arriver à lui faire faire ce qu’aucun autre vilain n’a réussi à faire : tuer Spider-Man.

foe4 dans culte

Le Dernière Chasse de Kraven est une saga qui a chamboulée tous les titres Spider-Man d’octobre et novembre 1987. Kraven est mourant mais il refuse de mourir sans avoir réussi à tuer son plus formidable ennemi. Il tend alors un guet-apens à Spider-Man et se substitue à lui. Pendant ce temps-là, Vermine, un personnage victime de modifications génétiques, chasse les habitants de la surface depuis les égouts.

AmazingSpider-Man294

Sombre et magistral sont les deux mots qui viennent à l’esprit pour définir cette oeuvre. Ce qui ressort de ce livre, en dehors du regain de crédibilité donné à Kraven, est cette magnifique étude de personnage à laquelle se livre JM De Matteis. On entre dans la tête de chacun des personnages ce qui donne une ambiance très sombre à l’ensemble, un peu à l’image de ce que Miller peut faire sur Sin City ou Batman Year One. De Matteis joue aussi beaucoup avec les symboles et les codes du récit de super-héros. Ainsi, lorsque Spider-Man tombe dans le piège de Kraven, il s’attend à ce que le vilain lui expose son plan, mais au lieu de ça … Mike Zeck livre ici la meilleure prestation de sa carrière. Son Spider-Man a une classe folle dans le célèbre costume noir (Spidey a continué à porter un costume noir pendant un temps après l’incident symbiote) et New York est particulièrement sombre sous son crayon. On sent aussi une approche très cinématographique chez Zeck, au point de s’étonner qu’aucune adaptation cinématographique de cette saga n’ait été envisagée à ce jour. Petite anecdote au sujet de cette histoire : au début, De Matteis a conçu cette histoire pour le personnage de Batman mais les responsables DC n’en ont pas voulu.

Je recommande ce récit les yeux fermés. Il s’agit de l’une des histoires les plus cultes du Tisseur et sa conclusion devrait vous laisser sans voix si vous ne l’avez pas déjà lu.

En bonus : Une illustration de Gabriele Dell’Otto qui revisite l’une des couvertures de cette saga.

tklhqb7

 

12

Foyers des jeunes |
le blog vidéo de Jeff |
Ayasha la doguette sourde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAITES PART FETE
| Les jardins de la Régie
| laelpesi