Spider-Man : La Dernière Chasse de Kraven

Spider-Man : La Dernière Chasse de Kraven dans culte WebOfSpider-Man032

On ne présente plus Spider-Man. Peter Parker est mordu par une araignée radioactive et vit une double-vie sous le nom de Spider-Man. Très souvent, les aventures de Spider-Man alternent entre les déboires de la vie quotidienne de Peter (tante malade, soucis d’argent et vie sentimentale en dents de scie) et ses combats contre les super-vilains qui menacent la sécurité des New Yorkais. Peter se sort toujours de ces situations difficiles en dominant ses adversaires intellectuellement (Peter est un prodige de la science) sans jamais oublier de faire preuve d’humour. Parmi les plus grands vilains que Parker ait pu affronter, on pense le plus souvent au Bouffon Vert, au Docteur Octopus ou à Venom. Les autres vilains apparaissent un peu moins sérieux. Kraven le Chasseur faisait partie de la deuxième catégorie. En effet, Kraven est une sorte de Tarzan russe habillé en peau de bête donc il parait difficile d’en faire une némésis crédible et pourtant, en 1988, le scénariste JM De Matteis et le dessinateur Mike Zeck va arriver à lui faire faire ce qu’aucun autre vilain n’a réussi à faire : tuer Spider-Man.

foe4 dans culte

Le Dernière Chasse de Kraven est une saga qui a chamboulée tous les titres Spider-Man d’octobre et novembre 1987. Kraven est mourant mais il refuse de mourir sans avoir réussi à tuer son plus formidable ennemi. Il tend alors un guet-apens à Spider-Man et se substitue à lui. Pendant ce temps-là, Vermine, un personnage victime de modifications génétiques, chasse les habitants de la surface depuis les égouts.

AmazingSpider-Man294

Sombre et magistral sont les deux mots qui viennent à l’esprit pour définir cette oeuvre. Ce qui ressort de ce livre, en dehors du regain de crédibilité donné à Kraven, est cette magnifique étude de personnage à laquelle se livre JM De Matteis. On entre dans la tête de chacun des personnages ce qui donne une ambiance très sombre à l’ensemble, un peu à l’image de ce que Miller peut faire sur Sin City ou Batman Year One. De Matteis joue aussi beaucoup avec les symboles et les codes du récit de super-héros. Ainsi, lorsque Spider-Man tombe dans le piège de Kraven, il s’attend à ce que le vilain lui expose son plan, mais au lieu de ça … Mike Zeck livre ici la meilleure prestation de sa carrière. Son Spider-Man a une classe folle dans le célèbre costume noir (Spidey a continué à porter un costume noir pendant un temps après l’incident symbiote) et New York est particulièrement sombre sous son crayon. On sent aussi une approche très cinématographique chez Zeck, au point de s’étonner qu’aucune adaptation cinématographique de cette saga n’ait été envisagée à ce jour. Petite anecdote au sujet de cette histoire : au début, De Matteis a conçu cette histoire pour le personnage de Batman mais les responsables DC n’en ont pas voulu.

Je recommande ce récit les yeux fermés. Il s’agit de l’une des histoires les plus cultes du Tisseur et sa conclusion devrait vous laisser sans voix si vous ne l’avez pas déjà lu.

En bonus : Une illustration de Gabriele Dell’Otto qui revisite l’une des couvertures de cette saga.

tklhqb7

 

Laisser un commentaire

Foyers des jeunes |
le blog vidéo de Jeff |
Ayasha la doguette sourde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAITES PART FETE
| Les jardins de la Régie
| laelpesi