Batman Knightfall Tome 1

Batman Knightfall Tome 1 dans culte CV0001FR_CV_BATMAN-KNIGHTFA

Voici un album qui me prouve à quel point je suis faible. En effet, l’apparition d’Urban sur le marché m’a personnellement fait mal car mon budget comics a largement augmenté. Du coup, j’avais décidé de me restreindre sur certaines séries. Et Knightfall, avec ses 5 volumes prévus au prix de 28 euro aurait du rester sur les étales. Mais j’ai craqué devant la réputation de cette saga de 1993. En effet, Knightfall, tout comme l’avait fait Death of Superman, nous conte la défaite d’un héros iconique, en l’occurrence Batman, des mains d’une nouvelle Némésis, Bane. Comment résister devant une telle saga culte et inédite en français alors que l’un des reproches que je faisais à l’ancien détenteur des droits DC était de trop miser sur des rééditions de sagas qui avaient déjà été maintes fois publiées ? Je suis faible, j’ai craqué et je n’ai aucun remord.

Batman_492 dans culte

Knightfall est la chronique annoncée de la chute d’un héros. On retrouve Chuck Dixon et Doug Moench aux commandes de ce récit aux côtés des dessinateurs Graham Nolan, Jim Aparo, Norm Breyfogle et Jim Balent. Alors que Batman est affaibli par un virus et devrait se reposer, un nouveau vilain nommé Bane apparaît à Gotham dans le but de briser Batman. Bien décidé à le pousser à bout, Bane libère tous les détenus de l’asile d’Arkham et les laisse semer le chaos, attendant le bon moment pour briser Batman. Pendant ce temps, Batman repousse ses limites pour ramener de l’ordre à Gotham tout en écartant Tim Drake, Robin, afin de lui éviter de subir le même sort que Jason Todd, son prédécesseur.

Ce premier tome nous montre un récit tout à fait essentiel dans l’histoire du Dark Knight. En effet, au delà de la chute attendue du héros en fin de volume, Knightfall nous dresse un portrait très humain de Batman et introduit une notion que certains scénaristes ont tendance à oublier : même Batman possède des limites. Bien souvent, Batman est montré comme un personnage calculateur et paré à toute éventualité. C’est ainsi qu’on découvre qu’il peut terrasser Superman lorsqu’il le veut (Dark Knight Returns), qu’il met au point des plans anti-JLA (JLA : Tower of Babel) ou qu’il garde un oeil sur tous les métahumains avec un satellite (OMAC Project). Ici, on est loin du Batman surpuissant et calculateur. On peut même se demander si son sort final n’aurait pas été différent s’il avait confiance à Robin ou à Jean-Paul Valley. Bien évidemment, les méchants ne sont pas en reste et des vilains secondaires comme le Ventriloque ou Firefly viennent voler la vedette au Joker, à l’Épouvantail ou à Bane et sont plus dangereux que jamais. Bref, cette saga est à lire absolument d’autant plus qu’elle possède des liens étroits avec le dernier film Batman sorti au cinéma.

 

Laisser un commentaire

Foyers des jeunes |
le blog vidéo de Jeff |
Ayasha la doguette sourde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAITES PART FETE
| Les jardins de la Régie
| laelpesi