• Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

Archive pour décembre 2014

Flash Gordon : l’intégrale Al Williamson

Samedi 27 décembre 2014

Flash Gordon : l'intégrale Al Williamson dans culte

Voici un album sur lequel je suis tombé un peu au hasard. En effet, Flash Gordon n’est pas spécialement un personnage qui m’intéresse. Un peu comme tout le monde, je connais le film (un nanard avec un super bande originale par Queen) et j’ai quelques vagues souvenirs des Défenseurs de la Terre (un cartoon dans lequel Flash Gordon fait équipe avec le Phantom et Mandrake) ainsi que des planches publiées dans le Journal de Mickey sous le nom de Guy l’Eclair. Je sais aussi qu’on le confond souvent avec cet autre gars capable de courir hyper vite (même dans un épisode vf de Big Bang Theory, ils ont fait la confusion) que vous connaissez certainement FLASH%20RUNNING%20BIIIIIIG dans culte. Cependant, il y a quelques temps, j’avais fait un article sur l’adaptation du projet initial de Lucas pour Star Wars en comic et un certain nombre de designs sur l’album que j’avais présenté semblent inspiré par les designs de Flash Gordon. Si j’en crois ce qui est dit sur certains documentaires sur l’univers Star Wars, George Lucas était, au départ, intéressé pour adapter Flash Gordon au cinéma, mais n’ayant pas les droits d’adaptation, il préféra créer un tout autre univers tout en restant dans l’esprit des aventures de Flash Gordon. On apprend d’ailleurs, dans l’article présent au début de l’ouvrage, que George Lucas était d’ailleurs particulièrement admiratif du travail de Williamson. Petite anecdote en passant : le bandeau déroulant présent au début de chaque film et récapitulant les épisodes précédants est un hommage au vieux serials de Flash Gordon. Enfin bref, cet ouvrage a attisé ma curiosité lorsque je l’ai vu sur les étals de mon libraire.

Parlons un peu plus du livre en question. Comme son titre l’indique, cet ouvrage a pour vocation de présenter l’intégralité du travail d’Al Williamson sur le personnage de Flash Gordon. Ceci inclut les épisodes 1,4 et 5 de la série de 1966 chez King Comics, l’adaptation en BD du film éponyme de 1980 et une mini série en deux numéros publiée chez Marvel sans oublier des vieilles publicités dans lesquelles Flash vantent les mérites des matières plastiques (oui, véridique :-) ). Le tout est accompagné d’une préface de Jean Depelley et d’un long article de Cecil McKinley. Les épisodes sont reproduits en noir et blanc afin que le lecteur puisse découvrir toute la minutie du travail de Williamson et l’ouvrage est limité à 1000 exemplaires et numéroté à la main (j’ai le numéro 640).

 Si j’ai choisi de vous présenter ce livre, c’est vraiment parce que j’ai eu un gros coup de coeur dessus. En effet, je ne connaissais de Williamson que son travail d’encreur sur le Spider-Man 2099 de Peter David et Rick Leonardi, mais j’ignorais à quel point sa prestation sur Flash Gordon avait fait de lui l’un des grands maîtres du comics. Et pourtant, Al Williamson est aussi un dessinateur hors-pair dont on peut suivre l’évolution au cours de cet album. En effet, si au début de sa carrière, l’artiste souhaitait avant tout rendre hommage au créateur original de Flash Gordon, Alex Raymond, Williamson s’affranchira très vite de cette influence pour marquer de son empreinte le personnage. Les choix de cadrage sont vraiment ambitieux et très influencés par le cinéma et les décors fourmillent tellement de détails qu’on en oublie qu’on n’est que dans les années 60 au début. L’adaptation du film marque un tournant dans la carrière de l’auteur tellement les planches sont belles qu’on en oublie que le film pique pas mal les yeux et la mini-série de 95 confirme l’évolution du style de l’auteur. En bref, si on aime les beaux ouvrages, il faut posséder cet album.

Bonus : la bande-annonce du film pour que vous puissiez comparer avec l’adaptation présentée dans l’album.

Image de prévisualisation YouTube

Une petite 3D de Green Lantern Corps pour la route

Mercredi 17 décembre 2014

Toujours dans la série des couvertures variantes de Darwyn Cooke que j’ai pu récupérer sur des sites de comics, voici ma conversion 3D d’une couverture de Green Lantern Corps. Pas beaucoup de choses à dire sur cette couverture si ce n’est qu’il y a beaucoup de monde et qu’on peut y voir 3 des 4 Green Lantern de la Terre ( avec John Stewart en premier plan vu qu’il est le perso principal de cette série). Je suis toujours très fan du style old school de Cooke qui, à mon avis, se fait un peu trop rare ces derniers temps.

Voici l’image originale :

Une petite 3D de Green Lantern Corps pour la route dans 3D

Et ma conversion 3D (lunettes 3D rouge et cyan) :

green_lantern_corps_in_3d_anaglyph_2_by_xmancyclops-d89yu0x dans 3D

N’hésitez pas à vous rendre sur Deviantart pour télécharger cette 3D ou pour visiter l’ensemble de ma galerie si vous le souhaitez.

 

Injustice Tome 1

Dimanche 7 décembre 2014

Depuis quelques années, les super-héros sont sortis de leurs cases pour investir d’autres supports afin de toucher un public de plus en plus large. C’est ainsi que les personnages de comics ont investis, petit à petit, les écrans de télévision et de cinéma dans des productions qui connaissent de plus en plus de succès. Bien évidemment, ils ont investi aussi nos consoles. Si au niveau des jeux, on trouve de tout au niveau qualité, il faut quand même remarquer que DC était à la traîne lorsqu’on parle de jeux de bastons puisque, mis à part Justice League Task Force et Mortal Kombat vs DC, il n’y avait pas grand chose à se mettre sous la dent. Puis vint Injustice, un jeu de combat issu de l’univers DC et mettant en scène l’ensemble du DCU dans une storyline où Superman est devenu une sorte de dictateur et où Batman dirige l’Insurrection et demande l’aide de héros venus d’une Terre parallèle. Ce jeu, je l’ai découvert depuis peu lorsque j’avais récupéré une vieille 360 d’occasion. Le jeu est très beau, le gameplay vraiment bon avec ses combos en arc de cercle comme sur Street Fighter et le mode histoire est vraiment prenant ce qui est rare dans un jeu de baston. Bien évidemment, le jeu s’est vu décliné sous forme de comics vendus tout d’abord sur support numérique puis sur support papier. Adapté par Urban Comics en France, ce 1er tome est vendu en combo avec le jeu PC (assurez-vous quand même d’avoir un PC relativement récent et pas un vieux coucou comme moi).

Injustice Tome 1 Injustice_Gods_Among_Us_Vol_1_6_Textless

Ecrit par Tom Taylor, le récit du comic constitue une préquelle au jeu de Netherrealm. L’action se situe 5 ans avant les événements du jeu. Superman vit alors une vie heureuse avec Lois Lane qui attend un enfant de lui. Mais c’était sans compter sur le Joker, ennemi traditionnel de Batman, qui décide cette fois-ci de s’en prendre à Metropolis et à son protecteur. Superman, sous l’emprise d’un gaz concocté par le Joker, s’en prend à Lois qu’il prend pour Doomsday et qu’il tue de ses mains.  Le Joker ayant aussi volé une arme nucléaire qui se déclenche à l’arrêt du coeur de Lois, Metropolis est également détruite. Se sentant responsable, Superman décide qu’il est temps de se servir de ses pouvoirs en intervenant plus dans les affaires humaines.

original

Habituellement, j’ai beaucoup de réticences sur les comics adaptés  d’un autre support, notamment lorsqu’il s’agit de comics adaptés  d’un film. Mais chaque règle connait ses exceptions et ce premier tome d’Injustice en fait partie. En effet, Tom Taylor attache un soin particulier à ses personnages tout en posant les bases de l’opposition entre Superman et Batman. Les choses ne se produisent pas d’un coup et Superman ne devient pas dictateur du jour au lendemain. Tout cela se fait graduellement, par petites touches qui mènent de fil en aiguille à la situation du jeu. S’il est clair que les actions de Superman et l’opposition de Batman constituent le coeur de l’intrigue, les autres membres de la Justice League ne sont pas en reste puisque chacun d’eux va  prendre position pour un camp ou pour l’autre. Sachez-le, dans l’univers d’Injustice, tout est possible et certains de vos héros préférés peuvent très bien tomber au champs d’honneur. Bref, ce projet est vraiment ambitieux et certains parleront certainement de Civil War à la sauce DC. Moi, ça me rappelle plutôt un titre plus ancien, Squadron Supreme, dont les membres étaient des pastiches de la Justice League et qui, pour moi, pose réellement les bases d’Injustice. A l’époque déjà, Hypérion (= Superman) et les membres du Squadron Supreme (= la Justice League) décident de faire de leur monde une Utopie. Mais Nighthawk (= Batman) réalise que cette Utopie sera une dictature et décide de s’opposer à Hypérion.

INJUSTICE-GODS-AMONG-US-3-Preview-5

En définitive, ce premier tome est plutôt bon mais il n’est pas néanmoins parfait. En effet, si je n’ai pas parlé du dessinateur, c’est qu’il y a une bonne raison car ce premier tome ne compte pas moins de 7 dessinateurs et chaque épisode n’a pas moins de 2/3 dessinateurs ce qui entraîne un certain manque de cohérence graphique. Néanmoins, je recommande cette série ambitieuse, détachée de la continuité DC et qui, par conséquent, se suffit à elle-même (même pas besoin d’avoir joué au jeu pour l’apprécier).

 

Foyers des jeunes |
le blog vidéo de Jeff |
Ayasha la doguette sourde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAITES PART FETE
| Les jardins de la Régie
| laelpesi