• Accueil
  • > comics
  • > Batman The Killing Joke édition noir et blanc

Batman The Killing Joke édition noir et blanc

Batman The Killing Joke édition noir et blanc dans culte

L’an dernier, à l’occasion des 75 ans du personnage de Batman, l’éditeur Urban Comics a eu la bonne idée de proposer de luxueuses versions noir et blanc de quelques récits emblématiques du Chevalier Noir comme The Dark Kinght Returns, Year One ou encore le premier récit de Batman dans la nouvelle continuité DC du New 52 La Cour des Hiboux. Pour m’être procuré la Cour des Hiboux à l’époque, j’étais plutôt favorable à cette initiative car sur du noir et blanc, il y a des détails qu’on ne voit pas sur la version colorisé des planches. Lorsque, un peu moins d’un an plus tard, l’éditeur décide d’ajouter tardivement The Killing Joke à la collection, l’idée semble avoir du sens. En effet, ce récit, écrit par le légendaire, le divin (non je n’en fais pas de trop :-) ) Alan Moore et l’excellent Brian Bolland est considéré comme le meilleur récit sur le tandem Batman/Joker et comme je possédais une version Delcourt antérieure avec une couverture violette affreuse et des dialogues dans lesquels Batman et Joker se vouvoient, j’étais curieux de voir ce que donnait cette nouvelle version.

H0Tpqx7asnCKdSQVMQoKYZ7UFQgmRY9Z-page6-1200 dans culte

Pour ceux qui ne connaissent pas ce récit, ne restez pas là et filez combler vos lacunes. Bon comme vous êtes encore là, voici un petit pitch rapide. L’histoire met en parallèle l’évasion du Joker et sa tentative de faire perdre la raison à l’homme le plus intègre de Gotham, Jim Gordon, prisonnier du dément, avec le jour où lui-même a perdu la raison. Pour parvenir à ses fins, le Joker a tiré à bout portant sur Barbara, la fille du commissaire Gordon, la condamnant ainsi au fauteuil roulant à vie. Batman entend bien, quant à lui, mettre un terme définitif aux méfaits du clown criminel.

H0Tpqx7asnCKdSQVMQoKYZ7UFQgmRY9Z-page8-1200

Très franchement, si vous n’avez jamais lu ce récit, il vous faut absolument le lire en urgence. Moore nous dépeint un Joker plus tragique que d’habitude, plus déterminé dans l’horreur de ses actes aussi. Sa relation avec Batman est d’ailleurs plutôt ambiguë et Moore n’hésite pas à nous montrer qu’il y a une certaine similarité entre le criminel psychopathe et le justicier masqué. Le final risque d’en déconcerter plus d’un si vous ne connaissez pas le récit mais il démontre de tout le génie dont Moore est capable. Sachez que ce final, plus de 25 ans après la publication initiale de l’album, continue à faire l’objet de différentes théories et même différents auteurs ont contribué au débat (j’aime plutôt l’explication de Grant Morrison qui, du coup, donne un éclairage particulier au titre de l’histoire). Les planches de Bolland sont superbes en noir et blanc et le dessin n’a pas pris une ride. Au niveau bonus, on a droit à une courte histoire supplémentaire de Brian Bolland, à une préface de Tim Sale et à une postface de Bolland. Malheureusement, la préface et la postface sont la même que sur l’édition couleur de l’album qui avait été entièrement recolorisée par Bolland lui-même à l’occasion du 20ème anniversaire de l’album. On peut par exemple lire en préface « Ici, bande de petits veinards, vous avez droit à la BD re-colorisée par Bolland lui-même (—) » suivi de tout un baratin faisant l’éloge de la nouvelle version colorisée alors que l’on tient entre nos mains une édition noir et blanc. Bref, ça ressemble un peu à une mauvaise blague quand même. C’est peut-être un détail car au pire ça reste un bel objet de collection comme les autres albums. C’est vrai mais on peut néanmoins aussi regretter que la mention « tirage limité » n’apparaisse nul part sur l’album. Donc contrairement aux autres albums noir et blanc des 75 ans de Batman, il est possible que le tirage de cet album soit un tirage normal et qu’il puisse donc faire l’objet de réédition comme la version couleur. Bref à vous de voir quelle version vous préférerez entre la version noir et blanc et la version couleur. Tout ici ne sera plus qu’une question de goût.

Laisser un commentaire

Foyers des jeunes |
le blog vidéo de Jeff |
Ayasha la doguette sourde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAITES PART FETE
| Les jardins de la Régie
| laelpesi